Le site officiel de l'Eminent Guide de la république Islamique d'Iran

L’ennemi veut mener le peuple vers le désespoir

Le Guide suprême de la Révolution islamique, l’honorable Ayatollah Khamenei a accordé une audience, mercredi 27 décembre 2017, aux hauts responsables et aux membres du Conseil de coordination de la propagation islamique. Au cours de cette réunion, le Guide suprême de la Révolution islamique a évoqué les efforts incessants des États-Unis pour semer le doute parmi les gens et de priver le peuple d’espoir et de confiance en soi, et a vivement critiqué ceux qui se mettent sciemment ou inconsciemment au service des projets de l’ennemi. L’honorable Ayatollah Khamenei a rappelé les fausses analyses et la propagande de l’ennemi depuis près de quarante ans à propos de la défaite ou de l’affaiblissement de la République islamique d’Iran, et a souligné : « Grâce au secours divin, et en nous appuyant sur la vigilance et la résistance du peuple, nous arriverons encore une fois à faire plier nos ennemis. En outre, nos responsables redoubleront leurs efforts pour résoudre les problèmes économiques et les difficultés de subsistance des citoyens, pour que le pays continue avec puissance et dignité son chemin vers le progrès et la prospérité. »

Le Guide suprême de la Révolution islamique a présenté ses félicitations à l’occasion du jour anniversaire de la naissance du vénéré Imam Hassan al-Askari (A.S.) et a rendu hommage au souvenir de l’événement populaire du 30 décembre 2009. L’honorable Ayatollah Khamenei a déclaré que la promotion des messages de la Révolution était le devoir le plus important du Conseil de coordination de la propagation islamique, et a rappelé les origines coraniques de cette promotion : « En Islam, cette promotion signifie la propagation sincère et responsable d’un message pour le transmettre à l’opinion publique afin de renforcer l’entente avec le peuple. Le but de cette action est de renforcer parmi les gens l’esprit de responsabilité et les conduire vers la réalisation d’un but sublime. »
L’honorable Ayatollah Khamenei a déclaré : « La propagation des idées de l’Islam est complètement contraire à la notion occidentale de la propagande dont le but est l’acquisition de l’argent et du pouvoir, et qui autorise de duper l’opinion publique et de mentir. »
Le Guide suprême de la Révolution islamique a affirmé que l’un des impératifs de la propagation des croyances islamiques consistait à donner de l’espoir et de la confiance en soi aux gens, tout en déterminant les opportunités et les défis pour mieux faire connaître les amis et les ennemis de la Révolution. À ce propos, le Guide suprême de la Révolution islamique a déclaré : « Aujourd’hui, l’objectif le plus important de l’ennemi dans sa guerre Soft consiste à priver la nation iranienne de sa confiance en soi. »
L’honorable Ayatollah Khamenei a déclaré que la propagande était un champ de bataille comme celui qui existait dans les domaines économiques, politiques et culturels. Le Guide suprême de la Révolution islamique a affirmé : « Certains n’apprécient pas qu’on parle de la guerre de propagande ou de la guerre économique ou culturelle. Ils disent qu’il faudrait parler de la paix au lieu de parler de la guerre. Or, la guerre que l’ennemi déclenche contre la nation iranienne dans tous les domaines est une réalité indéniable. Si nous négligeons cette réalité, cela n’empêche nos adversaires de rester vigilants pour concrétiser leurs plans. »
L’honorable Ayatollah Khamenei a souligné : « Certes, aujourd’hui, il n’y a pas de guerre dans le sens militaire du terme. C’est parce que nos ennemis n’osent pas le faire. »
Le Guide suprême de la Révolution islamique a déclaré toutefois que la guerre Soft de l’ennemi était pourtant plus dangereuse qu’un véritable conflit militaire. L’honorable Ayatollah Khamenei a expliqué ensuite la raison principale de l’animosité de l’ennemi à l’encontre de la République islamique d’Iran. À ce propos, le Guide suprême de la Révolution islamique a déclaré : « Durant ces quarante dernières années, la Révolution islamique a su changer l’équilibre des forces en prouvant que les règles qui dominent le monde actuel sont de mauvaises règles. Cette révolution a montré qu’une nation peut ne pas être à la fois une puissance dominante et un peuple dominé. Ainsi, une nation peut ne pas imposer son hégémonie aux autres et en même temps ne permettra aux autres de lui infliger leur hégémonie. »
Le Guide suprême de la Révolution islamique a évoqué ensuite tous les divers types de complots et de pressions de l’ennemi, comme la guerre, les sanctions, les menaces, les diffamations, et les efforts pour créer des divergences internes, pour contrer le peuple iranien. L’honorable Ayatollah Khamenei a déclaré : « Le peuple iranien a résisté courageusement pendant près de quarante ans, et il a réussi à déjouer tous ces complots. Le peuple iranien a donc su surmonter une série d’obstacles, alors qu’il y a des nations qui ont échoué devant un seul problème. »
Le Guide suprême de la Révolution islamique a rappelé le sort du mouvement de l’éveil islamique dans certains pays arabes du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, pays qui ont été touchés par des troubles, des guerres civiles et des conflits religieux ou ethniques, avant de souligner : « Le peuple iranien a traversé avec force et dignité tous ces problèmes, de sorte que la comparaison entre la République islamique d’Iran et le sort du mouvement de l’éveil islamique est devenue une comparaison édifiante. »
En faisant allusion à l’animosité constante de l’ennemi à l’encontre de la nation iranienne, l’honorable Ayatollah Khamenei a déclaré : « Ce qui est très important c’est qu’à chaque étape et à chaque période, nous arrivions à comprendre les plans et les complots de l’ennemi dans divers domaines. Et sur la base de cette compréhension, nous devons organiser notre défense ou recourir aux actions préventives. »
Le Guide suprême de la Révolution islamique a déclaré que le plan le plus important de l’ennemi consistait à créer du désespoir auprès du peuple iranien et d’anéantir sa confiance en soi en exagérant sur les problèmes, les carences et les faiblesses. À ce propos, l’honorable Ayatollah Khamenei a déclaré : « Aujourd’hui, des milliers de canons de propagandes tirent, dans le monde virtuel, sur le peuple iranien. Si nous disons qu’il faut être vigilant dans l’espace virtuel, c’est surtout pour empêcher l’ennemi de se servir de cet espace afin de prendre pour cible l’identité et l’existence du peuple et de l’Ordre de la République islamique d’Iran. »
Le Guide suprême de la Révolution islamique a affirmé que dans l’espace virtuel, l’ennemi se servait de différents leviers pour propager de fausses statistiques, pour propager le mensonge, pour détruire l’image des personnalités populaires et pour nier les réussites de la Révolution islamique, afin de rendre pessimistes les gens, surtout les jeunes et les adolescents. Et d’ajouter : « Malheureusement, il y a des individus dépourvus de toute piété à l’intérieur du pays qui accusent des personnalités et des organes, en essayant de faire croire aux mensonges des ennemis étrangers. Ils aident ainsi l’ennemi dans cette action. »
L’honorable Ayatollah Khamenei a déclaré qu’au lieu de rendre conforme à la religion, leurs prises de position politique, ces individus ont mis leur religiosité au service de la politique pour réaliser leurs objectifs politiques sans valeur.
Le Guide suprême de la Révolution islamique a déclaré : « Ces individus ne prennent en compte ni Dieu, ni la religion, ni la justice, pour prendre la parole en faveur de l’ennemi pour lui rendre service au prix du désespoir du peuple, surtout des jeunes. »
Dans une autre partie de son discours, l’honorable Ayatollah Khamenei a affirmé : « Des individus qui contrôlaient hier tous les moyens du pays, ou les gens qui disposent aujourd’hui de tous les organes et de tous les postes de management n’ont pas le droit de jouer faussement le rôle de l’opposition pour parler contre les intérêts du pays. Par contre, ils doivent faire preuve de la responsabilité, d’autant plus que les gens en sont conscients et de tels comportements ne peuvent pas les influencer. »
Le Guide suprême de la Révolution islamique a évoqué les grands services rendus par les hauts responsables depuis le début de la République islamique d’Iran, avant de souligner : « S’il y a à côté des services et des bonnes actions, des inconvénients, il faut les remercier pour les services et les critiquer de manière responsable et juste pour les inconvénients. Mais il faut surtout éviter les diffamations ou les injures. La critique est licite et nécessaire, tandis que la diffamation est illicite. »
L’honorable Ayatollah Khamenei a déclaré : « Ce n’est pas une action illustre qu’une personne attaque régulièrement les différents organes du pays par des accusations et des diffamations. Même un enfant peut briser un verre avec un bout de caillou. Ce qui est bon c’est que l’on se souvienne de Dieu et qu’on parle en respectant les règles de la logique et de la raison. L’essentiel est d’éviter toute parole qui proviendrait des intérêts personnels pour acquérir plus de pouvoir, car l’homme doit en répondre à Dieu. »
Le Guide suprême de la Révolution islamique a insisté ensuite sur la différence qui existait entre le vrai esprit révolutionnaire et les faux gestes révolutionnaires. À ce propos, l’honorable Ayatollah Khamenei a déclaré : « Il est difficile d’être un vrai révolutionnaire, car il faut respecter la morale et les principes de la religion. Mais il est inadmissible qu’une personnalité qui a contrôlait le pays pendant une décennie, devienne pendant la décennie suivante opposant à tout ce qui se passe dans le pays. »
L’honorable Ayatollah Khamenei a ajouté que les événements du 30 décembre 2009 étaient, en réalité, la réponse que le peuple a donnée à ce type de jeux politiciens, pour défendre les vraies valeurs de la religion et de la Révolution.
Le Guide suprême de la Révolution islamique a ajouté : « A cette époque-là, nous avons résisté pour pouvoir défendre les élections. Et comme je l’ai annoncé à l’époque, malgré toutes les pressions, je n’ai pas accepté l’annulation du résultat de l’élection. »
L’honorable Ayatollah Khamenei a rappelé ensuite les propos sages de feu Imam Khomeiny qui avait dit : « La situation actuelle des gens est le critère de leur jugement », en concluant que tout le monde doit veiller sur sa situation actuelle, étant donné que personne n’a la garantie de rester sur le bon chemin jusqu’à la fin de son existence.
Dans une autre partie de son discours, le Guide suprême de la Révolution islamique a déclaré que les organes responsables de la propagation des valeurs de la Révolution et les médias auront la responsabilité de répondre aux critiques formulées par l’ennemi. Et d’ajouter : « Nos jeunes ne doivent pas se sentir dans une situation d’incertitude, et les doutes doivent être dissipés dans leur esprit d’une manière convaincante. »
L’honorable Ayatollah Khamenei a mis en doute les propos des médias de l’ennemi qui exagéraient sur le nombre de leur audience, en rappelant que cela représentait un mensonge tout comme la promesse de ces mêmes médias à propos du déclin de la République islamique d’Iran. Le Guide suprême de la Révolution islamique a déclaré : « Au début de la Révolution, ils prétendaient que l’Ordre islamique ne se maintiendrait que pendant six mois. Six mois plus tard, ils ont fixé la fin de la République islamique dans deux ans. Puis, ils ont répété sans arrêt ces fausses analyses. Mais aujourd’hui, quarante ans après sa naissance, la République islamique continue toujours sa vie glorieuse. »
Le Guide suprême de la Révolution islamique a qualifié le régime politique des États-Unis de régime le plus corrompu et le plus oppresseur du monde, et a déclaré : « Le soutien du régime américain à Daech et aux terroristes takfiristes, la complicité de ce régime avec les gouvernements tyranniques et dictatoriaux comme celui de l’Arabie saoudite, et le soutien aux crimes quotidiens des sionistes et des rimes contre le peuple yéménite, sont des exemples flagrants de la nature corrompue du régime américain. »
Le Guide suprême de la Révolution islamique a évoqué la discrimination raciale aux États-Unis et dominant surtout le système judiciaire de ce pays, avant de déclarer qu’en dépit de l’existence de problèmes fondamentaux, les États-Unis se permettaient de critiquer ou condamner le système judiciaire d’autres pays dont la République islamique d’Iran.
« Certes, il existe des inconvénients dans notre système judiciaire aussi, et j’en suis moi-même conscient, mais il faut bien distinguer entre les points positifs et les points faibles », a déclaré le Guide suprême de la Révolution islamique.
 L’honorable Ayatollah Khamenei a souligné que les États-Unis ont dépensé des sommes colossales et fomenté de complots compliqués pour essayer vainement de créer des divergences politiques, religieuses, ethniques ou linguistiques à l’intérieur de l’Iran. « Mais grâce à Dieu, le peuple et l’ordre islamique d’Iran mèneront les États-Unis vers la déception dans tous les domaines », a déclaré le Guide suprême de la Révolution islamique.
L’honorable Ayatollah Khamenei a procédé ensuite à une comparaison entre l’ancien président des États-Unis, Ronald Reagan et le président actuel des États-Unis, avant de déclarer : « Reagan était plus acteur, plus fort et certes plus sage que le président actuel. Il avait agi, lui aussi contre le peuple iranien, et avait donné l’ordre d’attaque contre un avion de ligne iranien. Mais à ce jour, il en répond devant Dieu, alors que la République islamique d’Iran continue son chemin vers le développement et le progrès avec plus de détermination. »
Le Guide suprême de la Révolution islamique a souligné que le président actuel des États-Unis poursuit la même voie contre l’Iran, mais que comme ses prédécesseurs, il ne verra jamais l’affaiblissement ou l’échec de la République islamique d’Iran.
L’honorable Ayatollah Khamenei a ajouté : « A certains moments, il y a eu des autorités américaines qui ont réussi à attirer l’attention de certains de nos gens en cachant leur main de fer dans un gant de velours. Mais très vite, ils ont été dénoncés et aujourd’hui tout le monde voit clairement les mauvaises intentions des États-Unis envers l’Islam et la République islamique d’Iran. »
Dans la dernière partie de son discours, le Guide suprême de la Révolution islamique a déclaré que l’économie de la résistance devait être considérée comme un instrument au service du combat contre l’arme principale de l’ennemi, c’est-à-dire les sanctions. À ce propos, l’honorable Ayatollah Khamenei a déclaré : « Les responsables doivent prendre au sérieux l’application de l’économie de la résistance et ne pas se contenter d’en parler. Ils doivent savoir que l’économie de la résistance ne sera pas compatible avec des importations démesurées et la faiblesse de la production nationale. »
L’honorable Ayatollah Khamenei a appelé les citoyens à soutenir la production nationale et a déclaré : « La production nationale est capable d’annuler la magie noire de l’ennemi. Certes, il faut du temps et cela ne sera pas réalisé en six mois ou un an. Pourtant, c’est l’unique remède qui existe. »
Le Guide suprême de la Révolution islamique a déclaré qu’il était nécessaire de rester vigilants face aux différentes méthodes de l’ennemi pour s’infiltrer dans les administrations chargées de prendre des décisions importantes. L’honorable Ayatollah Khamenei a dit : « Il faut comprendre le plan de l’ennemi, et ne pas prendre au sérieux les complaisances et les fausses expressions d’amitié ou ses faux appels au dialogue. »
L’honorable Ayatollah Khamenei a déclaré finalement : « Si nous respectons ces principes, la République islamique poursuivra son mouvement vers l’avant. Dans ce cas, des problèmes tels que l’inflation, la stagnation et les problèmes économiques des citoyens seront résolus grâce aux efforts des responsables et à l’aide de Dieu. »
Avant le discours du Guide suprême de la Révolution islamique, l’Ayatollah Jannati, président du Conseil de coordination de la propagation islamique a présenté un rapport des activités de ce conseil. Évoquant la responsabilité du Conseil dans l’organisation des cérémonies, il a déclaré : « Le Conseil de coordination de la propagation islamique appartient à tous les citoyens et il s’efforce à remplir ses responsabilités au-delà de toute appartenance partisane. »
L’Ayatollah Jannati a considéré les événements du 30 décembre 2009 comme un miracle divin et a rappelé que le peuple est resté sur le devant de la scène pendant près de quarante ans. « Pour organiser les cérémonies du quarantième anniversaire de la victoire de la Révolution islamique, nous nous servirons de toutes les capacités des forces de la Révolution », a-t-il déclaré.

 

700 /