Le site officiel de l'Eminent Guide de la république Islamique d'Iran

«S’ils déchirent le PGAC, nous le réduirons en miettes»

Le Guide suprême de la Révolution islamique, l’honorable Ayatollah Khamenei a reçu en audience, mercredi 18 octobre 2017, des centaines de jeunes élites et talents scientifiques. Au cours de cette réunion, le Guide suprême de la Révolution islamique a affirmé que les jeunes élites de la patrie seront l’espoir de l’avenir brillant de l’Iran. L’honorable Ayatollah Khamenei a insisté aussi sur la nécessité de la vigilance face aux ruses et aux stratagèmes du « Grand Satan », et a adressé sept conseils importants au peuple iranien, aux responsables et aux acteurs politiques et aux médias, au sujet des récents événements qui se sont produits autour du Plan global d’action conjoint (PGAC) portant sur l’accord nucléaire. Le Guide suprême de la Révolution islamique a déclaré que la dépendance politique est un facteur très dangereux qui réduirait les peuples à la soumission. Il a évoqué ensuite l’indépendance totale de l’Iran vis-à-vis des États-Unis, avant de souligner : « L’ennemi observe, minutieusement, les évolutions intérieures de la République islamique d’Iran et ses actions pour se transformer d’un pays arriéré et dépendant en un pays influent et doté d’une puissance accrue dans les domaines politiques, défensifs et scientifiques. Cela met l’ennemi en colère et l’inquiète. »
L’honorable Ayatollah Khamenei a rappelé l’animosité et l’hostilité des gouvernements des États-Unis contre le peuple iranien dès les premiers jours de la victoire de la Révolution islamique, et a ajouté : « À cette époque-là, il n’y avait en Iran ni un projet de l’énergie nucléaire ni une puissance balistique ni une influence régionale. Mais les dirigeants américains avaient bien compris qu’avec la victoire de la Révolution islamique en Iran, ils perdraient l’Iran qui était pour eux un pays vassal et soumis avec de grands intérêts économiques. »
Le Guide suprême de la Révolution islamique a ajouté que les puissances hégémoniques se mettaient en colère et se sentaient frustrées de voir l’Iran devenir un modèle marquant l’esprit des peuples. Et d’ajouter : « Pendant ces quarante dernières années, le peuple iranien a démontré au monde qu’il est possible de ne pas avoir peur des superpuissances, de résister devant elles et d’acquérir de grands progrès, les uns après les autres, en dépit des sanctions et des pressions. » 
L’honorable Ayatollah Khamenei a affirmé que les progrès défensifs de l’Iran, surtout dans le domaine de la balistique, alors que le pays était mis sous un régime strict de sanctions, ont suscité l’étonnement et même l’admiration de certains ennemis jurés de l’Iran. « Par exemple, il y a quelques années, un général du régime sioniste a écrit un article à ce sujet », a-t-il ajouté. 
Le Guide suprême de la Révolution islamique a déclaré : « Nous ne voulons pas faire perdre notre temps dans cette heureuse réunion avec nos jeunes élites, pour donner une réponse aux récents propos du président des États-Unis, cependant nous devons faire attention à un point très important qui consiste à sentir la nécessité de connaître l’ennemi. Car si un peuple ne connaissait pas son ennemi ou s’il le prenait pour ami et une partie neutre, il s’exposerait très certainement à la menace et au danger. »  
L’honorable Ayatollah Khamenei a ajouté : « Le vénéré Imam Ali dit dans La Voie de l’Éloquence : je ne m’endors pas et je comprends ce qui se passe autour de moi. Le peuple et les responsables iraniens ne doivent pas se laisser endormir, car dans ce cas, nous serons attaqués et pillés par l’ennemi. » 
Le Guide suprême de la Révolution islamique a évoqué les réponses justes et convenables des responsables iraniens aux verbiages du président des États-Unis, Donald Trump, et d’autres responsables du gouvernement américain, car ils avaient très mal compris les évolutions de l’Iran et de la région, à cause de leur « arriération mentale ». 
L’honorable Ayatollah Khamenei a déclaré : « Ils veulent ramener l’Iran jeune, croyant, révolutionnaire et avancé cinquante ans en arrière. Certes, c’est tout à fait impossible. Mais leur arriération mentale les empêche de comprendre cette réalité. C’est la raison pour laquelle ils se trompent sans cesse dans leurs calculs et subissent ces échecs successifs face au peuple iranien. » 
Le Guide suprême de la Révolution islamique a qualifié le gouvernement américain de « très maléfique » et a emprunté l’expression du fondateur de la République islamique, l’Imam Khomeiny, pour dire que le gouvernement américain était le « Grand Satan ». Il a déclaré : « Le régime américain est l’agent du réseau très dangereux et maléfique du sionisme international. Il est l’ennemi des peuples indépendants et responsable de la plupart des guerres qui se déclenchent dans la région et dans le monde. Comme une sangsue, ils veulent se nourrir du sang et des richesses des nations. »
L’honorable Ayatollah Khamenei a rappelé les déclarations de Trump lors de sa campagne électorale, lorsqu’il avait dit que c’étaient les Américains qui avaient créé Daech. « C’est tout à fait normal de voir les dirigeants des États-Unis crier de colère quand ils voient que le Corps des Gardiens de la Révolution islamique a réussi à neutraliser les plans dangereux des États-Unis et de Daech dans la région. »
Dans l’optique du Guide suprême de la Révolution islamique, l’échec des plans des États-Unis dans la région, surtout en Syrie, au Liban et en Irak, est une autre raison de la colère des hauts responsables des États-Unis, car ils savent que la République islamique d’Iran a su déjouer leurs « plans funestes ». 
Après avoir décrit les raisons de la colère et du désespoir des dirigeants des États-Unis, le Guide suprême de la Révolution islamique a donné sept conseils importants au peuple iranien, aux responsables et aux acteurs politiques, et aux médias, à propos des événements qui se sont produits récemment. 
Premièrement, l’honorable Ayatollah Khamenei a déclaré : « Que tout le monde sache avec certitude que les États-Unis recevront encore une fois une riposte foudroyante de la part du peuple révolutionnaire de l’Iran et connaîtront un nouvel échec. » 
Dans son deuxième conseil, le Guide suprême de la Révolution islamique a appelé tout le monde à ne pas négliger les ruses et les stratagèmes des dirigeants américains, avant de déclarer : « La niaiserie affichée par le président américain ne devrait pas nous détourner de ce qui se cache derrière les ruses et les stratagèmes de l’ennemi et nous pousser à les sous-estimer. Par contre, nous devons tous rester vigilants face à ces ruses. »
L’honorable Ayatollah Khamenei a souligné : « Certes, il n’y aura pas un conflit militaire ni une guerre, mais il y a des choses aussi importantes et aussi graves qu’une guerre. Nous devons rester vigilants et prévenir ces dangers. » 
Le troisième conseil du Guide suprême de la Révolution islamique portait sur l’animosité et l’hostilité que les États-Unis affichent envers les éléments de la puissance en Iran, et a déclaré que contrairement aux souhaits de l’ennemi, il faut renforcer davantage ces éléments.
L’honorable Ayatollah Khamenei a affirmé que le savoir-faire et la puissance défensive comptent parmi les éléments les plus remarquables de la puissance du peuple iranien. « Contrairement aux attentes de l’ennemi, il faut développer de jour en jour les capacités balistiques du pays », a-t-il fait remarquer.
Dans l’optique du Guide suprême de la Révolution islamique, l’économie est un autre facteur de la puissance iranienne. « Il faut réduire les dépendances et augmenter le dynamisme interne de l’économie nationale », a souligné l’honorable Ayatollah Khamenei. À ce propos, le Guide suprême de la Révolution islamique a rappelé : «À   maintes reprises, nous avons dit que nous n’opposons point aux investissements étrangers venus des pays occidentaux, mais notre économie nationale doit être solide pour qu’elle ne soit pas ébranlée avec des verbiages d’un individu comme Donald Trump », a-t-il ajouté. Le Guide suprême de la Révolution islamique a affirmé que l’économie nationale devrait s’appuyer sur les capacités internes et a demandé aux responsables du pays de suivre avec sérieux l’application du plan de l’économie de Résistance. 
Dans son quatrième conseil, le Guide suprême de la Révolution islamique a appelé tout le monde à ne pas prendre au sérieux les choses que l’ennemi souhaite suggérer pendant ces récents événements. 
L’honorable Ayatollah Khamenei a déclaré : « À l’époque des négociations sur le Plan global d’action conjoint, l’ennemi voulait suggérer qu’avec la conclusion des accords, les animosités prendraient fin. Nous avons accepté les accords, mais leurs hostilités ont augmenté contrairement à ce qu’ils suggéraient. » 
Le Guide suprême de la Révolution islamique a ajouté : « Aujourd’hui, il faut rester sensibles devant les suggestions de l’ennemi. Nous devons y rester indifférents et défendre uniquement nos propres intérêts, en sachant que nous n’entendrons jamais de la bouche de nos ennemis ce qui est bon pour nous. » 
Le cinquième conseil du Guide suprême de la Révolution islamique portait sur la nécessité du renforcement de la puissance défensive du pays en s’appuyant sur les expériences de l’époque de la Défense sacrée. 
« À cette époque-là, Téhéran était sans défense devant le tir des missiles balistiques du régime de Saddam Hussein et ses soutiens occidentaux. Mais les jeunes iraniens sont partis de zéro pour augmenter peu à peu leurs capacités en matière de la défense. Le jour est arrivé où nos ennemis ont cessé leurs complots quand ils se sont rendus compte de  notre capacité de défense et de représailles. Aujourd’hui encore, nous devons développer nos moyens de défense pour ne pas laisser l’ennemi s’enhardir. »
Dans son conseil suivant, le Guide suprême de la Révolution islamique a commenté le comportement des puissances européennes vis-à-vis de ces récents événements. L’honorable Ayatollah Khamenei a déclaré : « En comprenant que le respect du PGAC est dans l’intérêt de l’Europe et des États-Unis, les Européens se sont opposés aux déclarations du président des États-Unis qui menaçait de déchirer le PGAC. C’est une bonne prise de position, mais ceci est loin d’être suffisant. Évidemment, tant que le camp d’en face ne déchirera pas l’accord, l’Iran ne le fera pas, mais s’il finit par le déchirer, nous le réduirons en miettes. »
L’honorable Ayatollah Khamenei a déclaré : « L’Europe devra faire face de façon concrète aux actes hostiles de Washington en ce qui concerne la violation du PGAC et les sanctions que le Congrès des États-Unis pourrait approuvées. En même temps, l’Europe devra surtout se garder de s’ingérer dans les questions liées à notre défense et à la présence de l’Iran dans les évolutions régionales. En aucun cas, nous n’acceptons que les Européens se mettent à défendre la position hégémonique des États-Unis. » 
Le Guide suprême de la Révolution islamique a déclaré : « Ceux qui possèdent des arsenaux balistiques et nucléaires veulent interdire au peuple iranien de posséder des missiles balistiques dont la portée est de deux ou de trois mille kilomètres. C’est une question de défense qui ne regarde que l’Iran et vous n’y êtes aucunement concernés. » 
Le dernier conseil du Guide suprême de la Révolution islamique portait sur une action sérieuse dans le sens de l’application du plan de l’économie de Résistance et de ses principes, notamment l’augmentation de la production nationale, l’interdiction des importations non nécessaires, la lutte contre le trafic des marchandises et la création d’emplois. L’honorable Ayatollah Khamenei a ajouté : « La moitié de l’année s’est déjà écoulée. Nous devons redoubler nos efforts pour réaliser les objectifs et compenser les retards dus à la campagne électorale. Au lieu de s’appuyer sur les revenus pétroliers, l’économie nationale doit s’appuyer sur la valeur ajoutée. »
Dans une autre partie de son discours, le Guide suprême de la Révolution islamique a déclaré que cette rencontre avec les jeunes élites du pays était un moment doux et plein d’espoir pour l’avenir de la patrie. Il a affirmé que ces jeunes talents étaient les bienfaits de Dieu pour le pays et qu’il faudrait en être reconnaissant, avant de déclarer : « Je crois profondément à la puissance et à l’influence de nos élites. Nos responsables doivent aussi croire en la méritocratie et à la capacité de nos jeunes élites à changer le sort de notre pays. » 
L’honorable Ayatollah Khamenei a affirmé que les progrès scientifiques prépareraient le terrain à la puissance accrue du pays et a ajouté : « Notre pays a une longue histoire glorieuse dans le monde de la science, mais malheureusement pendant la domination des puissances hégémoniques, le pays a subi des préjudices dans ce domaine, et il nous incombe de compenser ce retard. »
Selon le Guide suprême de la Révolution islamique, pour empêcher le courant d’occidentalisation de l’Iran, il faut surtout anéantir les dépendances par le biais du progrès scientifique. Il a affirmé qu’aucun organe du pays ne doit créer des obstacles devant le progrès scientifique et technologique. 
L’honorable Ayatollah Khamenei a évoqué les capacités extraordinaires de l’Iran pour conclure que le terrain est tout à fait propice au progrès scientifique et technologique dans tous les domaines. Il s’est réjoui des activités de la Fondation des élites et du bureau des affaires scientifiques de la présidence, avant d’ajouter : « Cependant, nous ne devons pas nous contenter à ce niveau de progrès, car nous avons encore un long chemin à parcourir pour arriver à une situation idéale. » 
Dans une autre partie de son discours, le Guide suprême de la Révolution islamique a insisté sur un autre point essentiel : « Pour assurer le progrès scientifique du pays, il faut essayer d’institutionnaliser ce courant de progrès, pour que les méthodes d’action des directeurs de différents secteurs de l’État ne puissent pas porter préjudice à ce courant de progrès. »
L’honorable Ayatollah Khameni a insisté aussi sur l’importance de l’amélioration qualitative des activités dans le domaine de l’économie du savoir, de l’augmentation du budget des projets scientifiques et technologiques, de la meilleure gestion des ressources financières allouées à ce secteur, ainsi que sur l’amélioration qualitative des articles scientifiques. Le Guide suprême de la Révolution islamique a demandé au bureau des affaires scientifiques de la présidence et à la Fondation des élites d’exploiter les moyens qui ont été mis à leur disposition. 
L’honorable Ayatollah Khamenei a affirmé : « Nous devons trouver une solution fondamentale pour soutenir nos industries qui sont aux tombées malheureusement dans le cycle vicieux de montage des pièces venues d’ailleurs. Tant que ce problème persistera, personne n’appréciera l’innovation et la créativité, et le mouvement scientifique restera inerte. Dans une telle situation, aucun lien ne sera créé entre nos universités et nos unités industrielles. »
Le Guide suprême de la Révolution islamique a insisté aussi sur la nécessité des activités culturelles du bureau des affaires scientifiques de la présidence et de la Fondation des élites, avant d’affirmer : « Ce qui est sans doute plus dangereux que des assassinats ciblés de nos savants pendant ces dernières années, c’est que l’âme et l’esprit de nos savants soient réduits à un esclavage culturel et intellectuel. Par conséquent, nos savants doivent se protéger pieusement contre  ce danger. »
Dans la dernière partie de son discours, l’honorable Ayatollah Khamenei a déclaré que le pays a su créer une très bonne occasion pour que les jeunes augmentent leur foi et redoublent leurs efforts scientifiques pour assurer le progrès de l’Iran sur le chemin du progrès afin de mettre fin aux problèmes. « Je suis sûr que les jeunes pourront assurer un avenir meilleur pour un Iran plus développé et plus prospère. » 
Au début de cette réunion, le Dr Sattari, vice-président et responsable du bureau des affaires scientifiques et technologiques, également président de la Fondation nationale des élites a fait une intervention pour insister sur la nécessité d’un changement dans les approches économiques du pays pour mener le système économique de la dépendance aux revenus pétroliers vers une économie qui s’appuie sur les ressources humaines créatives, confiantes et croyantes. Il a déclaré : « La Fondation nationale des élites contribue aux projets qui consistent à créer un nouveau modèle d’éducation, à concentrer les efforts pour soutenir les jeunes élites et à faire revenir les Iraniens résidants à l’étranger. »  
Ensuite, six jeunes élites ont pris la parole pour exprimer leurs propositions et préoccupations dans divers domaines. 
Messieurs : 
- Mohammad Salari-Nasab, ingénieur en mécatronique, lauréat du Festival scientifique Kharazmi en 2011 ; 
- Mohammad Amin Sadeghi, Ph. D. en informatique, médaille bronze de l’Olympiade internationale d’informatique ; 
- Mohammad Hagh-Shenas, doctorant en management ; 
- Seyyed Reza Kazemi, master en philosophie des sciences ; 
- Issa Zarepour, Ph. D. en management, lauréat du Prix de la Fondation nationale des élites ;  
ont insisté sur les sujets suivants : 
- la nécessité de créer un climat favorable et sans tension dans les centres académiques et les instituts de recherche ; 
- la nécessité de déployer les jeunes élites dans les centres industriels et les organes décisionnels ; 
- la nécessité du changement de l’approche des établissements universitaires pour qu’ils s’orientent vers les projets de recherches appliquées et locales ; 
- la nécessité de restreindre des importations dans l’espace virtuel par le biais de la production des contenus sains ; 
La nécessité de la réforme des lois portant sur les activités des sociétés basées sur les sciences et des nouvelles formes du commerce. 

700 /