Le site officiel de l'Eminent Guide de la république Islamique d'Iran

Quiconque perturbe la sécurité des élections essuiera une gifle

Les cérémonies de la remise de diplôme des cadets militaires de l’Université Imam Hossein (SA) ont eu lieu, mercredi 10 mai, en présence de l’honorable Ayatollah Khamenei, Commandant en chef des forces interarmées de la RII.
Le Guide suprême de la Révolution islamique s’est recueilli en premier lieu sur la tombe des martyrs inconnus et rendant hommage au souvenir des martyrs de la Défense sacrée, a sollicité Dieu sublime à les bénir.
Le Commandant en chef des forces interarmées a ensuite passé en revue les unités présentes.
L’honorable Ayatollah Khamenei a également reçu les mutilés de guerre et un nombre des enfants de martyrs défendeurs du sanctuaire en Syrie.
Lors de cette cérémonie, l’honorable Ayatollah Khamenei en allusion aux facteurs de l’autorité du pays et du peuple ainsi qu’à la raison de l’opposition des malveillants à ces facteurs a évoqué les objectifs de court, de moyen et de long termes des ennemis de l’Ordre islamique. Il a tenu à insister sur le fait que la sécurité et la paix régnant sur le pays au sein d’une région bouleversée, font la fierté de la République islamique, ce qui est aussi un autre objectif des puissances arrogantes et dans ce contexte, il a rappelé aux candidats à la présidentielle des points importants dont « l’annonce explicite et catégorique que les problèmes économiques du peuples sont prioritaires ».  Il a déclaré : la sécurité nationale et la paix dans le pays sont très importantes ; il incombe aux candidats de veiller à ne pas provoquer, par l’erreur dans le discernement, les failles idéologique, géographique, linguistique et ethnique ; car quiconque voudrait agir à l’encontre de la sécurité du pays, essuiera indubitablement une cinglante gifle.
Le Guide suprême de la Révolution islamique en présentant ses félicitations à l’occasion du bienheureux anniversaire de la naissance du vénéré Imam du Temps (que Dieu hâte sa parousie), a évoqué les facteurs de la puissance du pays, soulignant que les ennemis ressentent toujours une grande hostilité envers les facteurs de la puissance de la République islamique. « Le Corps des Gardiens de la Révolution islamique est un des facteurs de l’autorité du pays de sorte que les signes de leur colère sont complètement manifestes dans la campagne propagandiste internationale et les déclarations des politiciens de l’Arrogance. », a-t-il renchéri.
L’honorable Ayatollah Khamenei a déclaré « le savoir et le progrès scientifique », un autre facteur de la puissance du pays et de préciser : c’est justement pour cette raison qu’en envoyant leurs sbires, ils ont tué nos scientifiques atomiques, car ils sont hostiles au progrès scientifique de l’Iran.
En insistant sur le fait qu’une économique puissante et indépendante est un autre facteur de l’autorité, le Guide suprême de la  Révolution islamique a réitéré : la raison des sanctions imposées à l’Iran et de la prise de différentes mesures pour porter préjudice à l’économie du pays réside dans ce fait ; pourvu que nos économistes engagés expliquent au peuple les diverses mesures prises par les malveillants pour porter atteinte à l’économie.
Le Guide suprême de la  Révolution islamique a vu en « la puissance militaire » un autre facteur d’autorité, pour souligner : les vastes tapages lancés autour de la capacité balistique de la République islamique, puisent dans la colère et l’animosité qu’ils ressentent envers ce facteur d’autorité.  
Le Commandant en chef des forces interarmées iraniennes a martelé : nous avons des missiles, nos missiles sont très précis et ils visent avec une grande précision des cibles à des milliers de kilomètres ; nous préserverons avec force cette capacité et nous la ferons promouvoir.
Il a salué en les « éléments militaires dévoués » tels que les martyrs Sayyad Shirazi et Shoushtari un autre facteur d’autorité et d’ajouter : « la foi, la chasteté et l’éthique des jeunes » ainsi que « l’esprit du jihad et de résistance chez le peuple » sont d’autres facteurs d’autorité ; c’est pour cette même raison qu’ils accusent « de violence et d’extrémisme » et l’esprit de résistance et du jihad, malheureusement un certain nombre de personnes à l’intérieur du pays répètent cette rhétorique colonialiste.
Le Guide suprême de la Révolution islamique a considéré « les ensembles de préservation de la sécurité » dont « les forces armées » un autre facteur d’autorité et de réaffirmer : la sécurité est pour tous les pays la chose la plus importante et la plus nécessaire, car sans sécurité, il n’y aura pas de progrès ni scientifique ni économique.
L’honorable Ayatollah Khamenei après avoir énuméré les facteurs d’autorité, s’est penché sur la question de « l’Etat de résistance ». « Aujourd’hui, a-t-il souligné, la République islamique d’Iran est l’Etat de résistance, qui signifie de refuser de se plier devant l’iniquité et de se dresser dans la position d’autorité.
Réitérant que l’Etat de résistance n’est pas comparable avec l’élément ou l’organisation de résistance dans un tel ou tel pays, il a souligné : l’Etat de résistance est tenant de politique, d’économie, des forces armées, des agissements internationaux et une vaste sphère d’influence.
Le Guide suprême de la Révolution islamique soulignant que l’Etat de résistance est en permanence la cible d’animosité des puissances hégémoniques et de leurs vassaux, a réitéré : l’Etat de résistance n’a pour vocation ni l’hégémonisme et ni l’agression contre d’autres pays et il récuse toujours la position défensive et passive.
« Un certain nombre de personnes s’imaginent que pour nous écarter de l’accusation de l’hégémonisme et de la quête du pouvoir, nous devons nous enfermer dans la coquille défensive, ce alors qu’une telle idée est erronée. », a fait remarquer le Guide suprême de la Révolution islamique.
En référence aux versets coraniques, il a noté : la position de l’Etat de résistance consiste à la puissance dissuasive et à la force de dissuasion ; la République islamique d’Iran, tout comme dans le passé, poursuivra, à l’appui de la persévérance, du travail laborieux, de l’initiative et de ses talents, le chemin de la puissance dissuasive.
Le Guide suprême de la Révolution islamique a rappelé que la politique de puissance dissuasive de l’Ordre islamique vise à empêcher même l’idée de l’agression contre l’Iran de la part des arrogants internationaux. « Que les ennemis saches que s’ils s’imaginent à agresser l’Iran, ils se heurteront à une réaction cinglante, car, comme il a été déjà dit, l’époque de «  frappe et cours » est bel et bien révolue ; ils pourront en être les déclencheurs mais ils n’auront aucun emprise sur la fin. », a noté le Guide suprême de la Révolution islamique.
L’honorable Ayatollah Khamenei a ensuite expliqué les objectifs de l’ennemi face à la République islamique et d’ajouter : l’ennemi a mis à son agenda trois objectifs à court, à moyen et à long termes ; son objectif à court terme consiste à « perturber la sécurité du pays et à semer chaos et sédition ».
Rappelant que la création d’un environnement sûr au sein d’une région chaotique et d’un monde bouleversé fait la fierté de la République islamique, le Guide suprême de la Révolution islamique a souligné : ce sont la nation et les responsables engagés, qui, grâce à leur vigilance et leur conscience éveillée, ont créé cette sécurité.
Le Guide suprême de la Révolution islamique a rappelé que l’économie et le quotidien du peuple constituent l’objectif à moyen terme de l’ennemi. « Selon le plan conçu par les malveillants, l’économie du pays ne devra pas avancer, le quotidien du peuple devra rester bancal, le travail et la production ne devront pas prendre de l’essor, le chômage en tant que fléau devra s’universaliser afin que le peuple soit déçu de la République islamique.
Pour l’honorable Ayatollah Khamenei, l’unique voie pour contrer cet objectif de l’ennemi est d’appliquer la devise de l’année, de mettre en vigueur les politiques de l’Economie de résistance et de donner de l’essor à la production et de créer des emplois. Et il a souligné : si l’on suit ce chemin, l’ennemi ne parviendra pas à son objectif.
Le Guide suprême de la Révolution islamique a ensuite évoqué l’objectif à long terme de l’ennemi qui consiste à éliminer l’Ordre. En allusion au fait, que contrairement aux premières années de la Révolution, une telle question n’est plus annoncée explicitement, il a fait remarquer : maintenant c’est contrer l’Ordre via un changement de conduite qu’ils ont mis à leur ordre du jour ; changement de conduite consiste à dériver progressivement du chemin de l’Islam, de la Révolution et de la ligne de l’Imam [Khomeiny] et à avancer en fin de compte sur la voie anti-Révolution.
Le Guide suprême de la Révolution islamique s’est ensuite attardé sur les élections du 19 mai, pour souligner : les élections sont un des terrains qui pourrait être source de la promotion et de l’honneur du pays mais aussi à l’origine de la faiblesse et des problèmes.
L’honorable Ayatollah Khamenei a réitéré : si le peuple participe aux élections et si cette participation  est conjuguée à la discipline, à l’éthique et le respect des préceptes islamiques et de la loi, elle sera certes source d’honneur et de dignité de l’Ordre de la République islamique ; or s’il y a lors de ces élections, la violation de la loi, de l’iniquité, si l’on donne de l’espoir par nos propos à l’ennemi, ce suffrage sera indubitablement à notre détriment.
Le Guide suprême de la Révolution islamique, en insistant sur le fait que l’Ordre de la République islamique n’est pas inexpérimenté dans l’organisation des élections et que durant ces 38 dernières années, elle a organisé de nombreuses élections et qu’elle connaît bien les milieux intellectuels et de tentations, a réitéré : j’ai quelques recommandations aux messieurs les candidats ; primo, annoncer fermement dans leurs programmes et leurs propos que « les problèmes économiques et le quotidien du peuple font leur priorité et qu’ils œuvreront pour régler les problèmes économiques ».
« Ma seconde recommandation est que  l’indépendance nationale, la grandeur et la fierté du peuple iranien soient mises en relief dans les propos et les programmes des candidats. », a déclaré le Guide suprême de la Révolution islamique, qui a réitéré : le peuple iranien est une nation révolutionnaire et fière ; il ne faut pas pousser le peuple à capituler devant les grandes puissances ; il ne faut pas l’affaiblir ou l’humilier, car la nation est vivante par son autorité ; sans cette puissance, l’ennemi dominera le pays tout comme certains pays inféodés et mercenaires de la région.
« Messieurs les candidats devront explicitement montrer qu’ils se sont dressés contre la cupidité des Etats-Unis et la malveillance des sionistes. », a souligné le Guide suprême de la Révolution islamique.
La troisième recommandation du Guide suprême de la Révolution islamique aux candidats à la présidentielle était la préservation de la sécurité nationale et de la paix dans le pays.
« Il incombe aux messieurs les candidats de veiller à ce que les failles idéologique, géographique, linguistique et ethniques ne soient pas source de provocations », a-t-il recommandé.
« Il fait de longues années que l’ennemi vis à cet objectif, or les kurdes croyants, les vaillants habitants de l’Azerbaïdjan, la population arabe du Khuzestân, les baloutches et les turkmènes en tant que propriétaires de la Révolution asséneront un coup dur à l’ennemi et se dresseront avec force devant lui. », a souligné le Guide suprême de la Révolution islamique, qui a qualifié de très importante la sécurité et d’ajouter : que les candidats veillent à ce qu’en raison de l’erreur dans le discernement, ils n’achèvent pas le plan incomplet de l’ennemi.
Le Guide suprême de la Révolution islamique a appelé les responsables de la sécurité et de la paix dans le pays surtout la Justice, les forces de l’ordre et le ministère de l’Intérieur à la vigilance, à la sauvegarde entière de la sécurité. « Quiconque cherche à agir à l’encontre de la sécurité du pays, il essuiera indubitablement une gifle cinglante. », a-t-il martelé.
L’honorable Ayatollah Khamenei, en soulignant que les ennemis ont fait preuve de stupidité en 2009, et qu’ils avaient pris le grand pays qu’est l’Iran pour des pays à bas niveau où avec quelques dizaines de millions de dollars on pourrait semer le chaos et l’insécurité, a noté : le résultat de cette stupidité était de se heurter au mur solide de la volonté nationale du peuple.
« La sécurité pour le pays et le peuple est très importante pour moi ; il faut préserver entièrement la sécurité lors des élections. », a-t-il renchéri.
Le Guide suprême de la Révolution islamique a appelé, dans une autre partie de ses propos, les cadets de l’Université militaire Imam Hossein (SA) à profiter a maxima de l’occasion  précieuse qu’offrent les études dans cette université ; et de préciser : cette université est à même de conduire les personnes douées à un point où tous les hommes érudits et sages envient leur place.
L’honorable Ayatollah Khamenei a ensuite évoqué le mois de chaaban, y voyant le mois de la descente de la clémence divine ; il a recommandé au peuple notamment aux jeunes de profiter des grâces de ce mois surtout de célébrer le 15 de la lune de chaaban. « Le mois de chaaban, a-t-il noté, est comblé de la grâce divine et de joie, or malheureusement cette année, nous avions vécu l’incident dans la mise de la province de Golestân et le martyre des gardes-frontières dans la province du Sistan-et-Baloutchistan ; néanmoins, ce mois est celui de l’effervescence envers les Gens de la demeure (SA).
Pour le Guide suprême de la Révolution islamique, le recours à l’Imam du Temps est un moyen pour exprimer son assujettissement et sa vénération envers Dieu sublime et de souligner : les croyants à la parousie ne feront jamais l’objet de déception et de désespoir ; ils sont conscients qu’après l’obscurité, le soleil se lèvera ; la promesse divine est infaillible.
Le Guide suprême de la Révolution islamique  a rappelé : nous sommes voués à l’attente. L’attente ne signifie pas l’impatience mais signifie être prêt en permanence ; celui qui  attend doit agir de sorte qu’il se corrige et qu’il rend heureux le cœur de ce vénéré imam.
L’honorable Ayatollah Khamenei a réaffirmé : la puissance et les cœurs appartiennent à Dieu sublime et la nation iranienne, en s’appuyant sur la grâce divine, poursuivra, infaillible, son chemin et sur cette voie, les jeunes ont un rôle saillant.
Lors ces cérémonies, le général de brigade Jaafari, commandant en chef du Corps des Gardiens de la Révolution islamique a évoqué les victoires consécutives du front de la Révolution islamique face à l’hégémonie, réitérant que la stratégie actuelle de l’ennemi contre le peuple était la pression économique. « Aujourd’hui, notre peuple est content que les villes balistiques soient un appui et le garant de la sécurité des cités industrielles dans le pays. », a-t-il souligné.
Le général Jaafari a ajouté : le Corps de Gardiens de la Révolution islamique considère comme son devoir d’être le refuge et l’appui des déshérités et des défavorisés. Nous avons la conviction qu’éliminer la misère de la société, tout comme cibler Haïfa et Tel-Aviv, est un objectif principal et fondamental.
L’Amiral Morteza Safari, commandant de l’Université Imam Hossein (SA) a pour sa part présenté un compte-rendu des activités scientifique, culturel et didactique de cette université et des mesures censées renforcer sa combativité.
Lors de ces cérémonies, un nombre de commandants, de directeurs et des chercheurs élites de l’Université Imam Hossein (SA) ont reçu leur prix de la main du Commandant en chef des forces interarmées et deux représentants des étudiants de l’Université Imam Hossein ont reçu leurs grade et épaulettes.
Parmi les programmes de ces cérémonies figuraient notamment le projet « Les Khorramshahr sont devant nous », l’allégeance au pacte du pasdar par les étudiants de l’Université Imam Hossein.   
De même, lors de ces cérémonies, les unités présentes ont défilé devant le Commandant en chef des forces interarmées.

 

 

 

 

 

 

 

700 /