Nous réagirons à la prorogation des sanctions

 Le Guide suprême de la Révolution islamique a insisté sur la nécessité d’une planification précise, et sur la base de la création des conseils de délibération pour promouvoir les différentes couches du Bassidj dans l’objectif d’une présence puissante et efficiente sur les différentes scènes de la société. « L’esprit du Bassidji signifie considérer Dieu toujours à ses côtés, éviter le désespoir et la dépression et ne se voir jamais dans l’impasse ; par conséquent en réponse à  des individus faibles qui craignent l’ennemi et qui sont aux prises avec l’esprit de ‘’ nous ne pouvons pas’’, nous dirons qu’à l’appui de la puissance divine et la foi en la force du peuple, nous surmonterons tous les problèmes et nous ne craignons aucune puissance. », a martelé le Guide suprême de la Révolution islamique.
L’honorable Ayatollah Khamenei a qualifié, au début de ses propos, de phénomène historique la marche grandiose de l’Arbaïn, témoignant de la main puissante de la Providence. « A travers les phénomènes et les soulèvements pérennes et immenses tels que la marche de l’Arbaïn ou des exemples tels que la prise du nid d’espionnage, le 9 dey 1388 (30 décembre 2009) et les périodes où les gens se retirent dans les mosquées, des actes qui ne relèvent pas de propagande, la main de la Providence est plus que jamais présente dans d’autre endroit. », a réaffirmé le Guide suprême de la Révolution islamique.
Il a estimé la victoire de la Révolution islamique un autre exemple de ces phénomènes divins et de préciser : la main de la Providence est totalement perceptible et saillante dans la présence populaire et la formation de la Révolution islamique ; l’Imam avait dit pour sa part : tout au long de la Révolution, je voyais la main de la Providence derrière le mouvement immense du peuple.
Pour le Guide suprême de la Révolution islamique, la présence massive du peuple dans le phénomène divin de la marche de l’Arabaïn est le signe de la ferveur et de l’attraction conjuguées à la perspicacité. « Nous disons le bienvenu aux pèlerins qui ont réussi à accomplir cette grande tâche et nous prions que leur pèlerinage ait l’agrément divin ; et nous remercions les Irakiens qui ont accueilli chaleureusement cette immense foule et qui en ont géré les affaires.
Le Guide suprême de la Révolution islamique a rappelé que la condition sine quo none à la constance et à la pérennité du phénomène extraordinaire de la marche de l’Arbaïn est de remercier Dieu pour cette manne. « La véritable gratitude se fait en acte ; à l’instar de la majorité du peuple iranien qui ont exprimé leur gratitude envers la manne de la Révolution islamique, par dévouement et sacrifice, il faut remercier Dieu en préservant l’esprit et les états obtenus lors de ce voyage lumineux dont la fraternité, l’affection, l’obéissance au Velyat et la disposition de faire face aux difficultés.
L’honorable Ayatollah Khamenei a réaffirmé : certains individus dans le monde cherchent à anéantir ou à falsifier ce phénomène lumineux qu’est l’Arbaïn, mais ils n’y parviendront jamais ; il va sans dire que cette grande manne perdurera pour les peuples iranien et irakien et leur sera source de fierté et de gloire.
En allusion à la loyauté des jeunes pour transmettre de génération en génération, l’esprit révolutionnaire, le Guide suprême de la Révolution islamique a déclaré : quoique les jeunes d’aujourd’hui n’ont pas vécu l’époque de la Révolution et de l’Imam ( que son âme repose au paradis), ils sont présents sur la scène avec le même esprit révolutionnaire, avec perspicacité et connaissance, et forts de plus d’expériences que les jeunes du début de la Révolution ; ce qui est signe du progrès de la Révolution islamique.
L’honorable Ayatollah Khamenei en insistant sur le fait que préservation de la Révolution est le devoir et la mission de tout le peuple, a considéré les jeunes comme les pionniers et le moteur de ce mouvement grandiose. « Certes, le mouvement du bassidji est victorieux mais la condition de cette victoire réside dans la vertu individuel et collectif, l’accomplissement des actes justes, puisque ces deux facteurs essentiels  auront l’assistance de Dieu.
Le Guide suprême de la Révolution islamique en allusion aux exemples coraniques du combat du vénéré Moïse – béni soit-il – et de son frère Aaron, les mains vides, contre la puissance immense pharaonique, a précisé : Dieu a dit à Moïse : Ne crains rien puisque Je suis avec vous, J’entends et Je vois. Après cela, Moïse en réponse aux Israélites qui étaient terrifiés en voyant l’armée du Pharaon et qui disaient : ils nous anéantiront, a déclaré : Jamais, mon Seigneur est avec moi et Il me guidera.
Pour le Guide suprême de la Révolution islamique, la condition nécessaire à la préservation de l’assistance divine est la vertu et l’œuvre bonne. « Si on préserve les nécessités de cette assistance divine, même une puissance dix fois plus forte que les Etats-Unis, ne pourra nous vaincre. », a martelé le Guide suprême de la Révolution islamique.
Le Guide suprême de la Révolution islamique a ensuite évoqué cinq titres importants qui devront être sérieusement appliqués dans les planifications et les méthodes du Bassidj.
L’appui du Bassidj sur la perspicacité a été le premier thème auquel l’honorable Ayatollah Khamenei a fait allusion, pour souligner : le Bassidj n’est pas un mouvement uniquement basé sur le sentiment, il s’appuie sur l’initiation, la pensée et la perspicacité ; une telle orientation devra être toujours préservée au sein du Bassidj.
En allusion aux individus qui au début de la Révolution étaient très enthousiastes et révolutionnaires mais aujourd’hui ils se trouvent en face de la Révolution, le Guide suprême de la Révolution islamique a ajouté : ces individus se sont très éloignés de la Révolution et se sont en fin de compte trouvés devant la Révolution parce qu’ils étaient dépourvus de profondeur confessionnelle, qu’ils agissaient sur la base des sentiments et qu’ils fréquentaient ceux qui n’étaient pas avec la Révolution.
Le Guide suprême de la Révolution islamique a qualifié d’essentielle la perspicacité et a précisé : la raison de mon insistance récurrente sur ce thème est de discerner la voie juste du faux.
L’honorable Ayatollah Khamenei a évoqué le second thème qui consiste à l’extension du cercle du Bassidj à tout un chacun issu du peuple et à son aspect non-fractionnel. Il a rappelé dans ce sens : le Bassidj est l’armée de la Révolution et s’il y aurait une dichotomie, ce serait celle de révolutionnaire et de contre-révolutionnaire, car on pourra même attirer le contre-révolutionnaire.
En insistant sur la nécessité d’attirer a maxima les gens, le Guide suprême de la Révolution islamique a souligné : le Bassidj ne fait partie d’aucune fraction de la Révolution, le Bassidj est une grande rivière qui coule vers les objectifs de la Révolution islamique.
L’honorable Ayatollah Khamenei a évoqué le troisième thème du mouvement du Bassidj, qui est la nécessité de la synergie des différentes couches du Bassidj. Il a réitéré : l’étendue du Bassidj concerne les différentes couches du peuple ; il faut réaliser un mécanisme approprié pour en assurer la cohérence et la synergie.
Le Guide suprême de la Révolution islamique a ensuite évoqué le quatrième thème pour une présence plus puissante et plus efficace ; dans ce sens il a fait référence au fait que le Bassidj est l’incarnation de la démocratie religieuse et à sa nature islamique.
« Un certain nombre de gens s’imaginent que la démocratie religieuse se résume à se rendre aux urnes et à participer aux élections ce alors que cela n’est qu’une des manifestations de la démocratie religieuse et son sens véritable est : le peuple est le maître de la vie de sa société sur la base de la religion de l’Islam.
L’honorable Ayatollah Khamenei rappelant que conformément à cette définition, le Bassidj est le symbole de la démocratie religieuse sur toutes les scènes, a réitéré : par une telle perspective, si le Bassidj s’introduit sur la scène de l’Economie de résistance et de la science, l’Economie de résistance et la science deviendront démocratiques.
Le cinquième et le dernier thème auquel le Guide suprême de la Révolution islamique a fait allusion est l’impératif de la formation des conseils de délibération aux deux niveaux du corps et de la direction du Bassidj.
L’honorable Ayatollah Khamenei a déclaré : le devoir de ces conseils de délibération dans les différentes couches du Bassidj consiste à l’élaboration des missions diverses dont la guerre soft et la guerre hard, la reconstruction et les services à rendre au peuple.
Le Guide suprême de la Révolution islamique en insistant sur le fait que la formation de ces conseils de délibération fera rendre  plus dynamique, sage et efficace le Bassidj, a ajouté : en parallèle des ensembles de conseils de délibération, il faut également former des conseils observatoires dont la mission est de veiller à ce que des virus ne s’infiltrent pas et à ce que le Bassidj ne s’affecte pas.
Le Guide suprême de la Révolution islamique a estimé ce cinquième thème très nécessaire pour assurer l’évolution d’arbre pur du Bassidj et sa perduration. « Ces thèmes, a-t-il ajouté, sont subordonnés à l’acte et à la réalité ; il faut les appliquer par une planification précise. »
Le Guide suprême de la Révolution islamique a ensuite évoqué le fait que le Bassidj a été pris pour modèle dans certains pays de la région mais aussi à la programmation de l’ennemi pour porter atteinte à ce modèle, pour préciser : un des plans de l’ennemi est la question très importante de l’infiltration, à propos duquel, il fait plus d’un an, on a lancé à maintes reprises des avertissements.
L’honorable Ayatollah Khamenei a souligné à propos des modalités de l’utilisation de l’infiltration pour porter préjudice au Bassidj : une des méthodes consiste à créer des lignes parallèles et rivales pour le Bassidj ; certains cherchent aujourd’hui dans le pays à créer des rivaux pour le Bassidj.
Le Guide suprême de la Révolution islamique a ensuite évoqué un autre point concernant le Bassidj : nous ne voulons pas faire du Bassidj un rival pour le pouvoir exécutif, par contre nous voulons que le Bassidj en tant que complément et un point d’espoir, soit présent pour donner une juste orientation au pouvoir exécutif et pour aider sur les différentes scènes.
Le Guide suprême de la Révolution islamique en allusion à la déception de certains appareils gouvernementaux dans certains domaines, a précisé : comment avec les grands travaux qui ont eu lieu dans le pays et la présence d’une telle organisation qu’est le Bassidj, pourrait-on alors se déclarer désespérer, car le nom même du Bassidj rend plein d’espoir une personne déprimée et déçue.
L’honorable Ayatollah Khamenei rappelant qu’il n’y a jamais d’impasse pour  le Bassidj, a réaffirmé : il se pourrait qu’un membre du Bassidj ait dans une conjoncture, peur ou hésite mais il ne se trouvera jamais dans l’impasse, car les éléments qui donnent la force et qui guident au sein du Bassidj sont si nombreux qu’ils transformeront tous les points faible en points forts.
En allusion aux problèmes économiques du pays et la nomination de l’année iranienne en cours sous le signe de « l’Economie de résistance, plan et action », le Guide suprême de la Révolution islamique a ajouté : hier les responsables du gouvernement ont présenté un compte-rendu des démarches effectuées depuis le début de l’année pour réaliser l’Economie de résistance ; des statistiques et des chiffres y sont évoqués, mais l’important c’est que le résultat de ces démarches se concrétisent.
Le Guide suprême de la Révolution islamique a réaffirmé : le Bassidj pourra aider et jouer un grand rôle à ce propos.
L’honorable Ayatollah Khamenei a évoqué plus loin dans ses propos, les questions concernant l’Iran et le gouvernement arrogant des Etats-Unis pour souligner : pour le moment il nous n’est pas possible de juger la nouvelle administration qui devra prendre le pouvoir ; mais l’actuel gouvernement agit au contraire de ses engagements à propos du Plan global d’action commun et des décisions communes prises qu’à cette époque nos responsables avaient annoncé et il a commis de nombreuses violations par rapport au Plan d’action commun.
En allusion à la prolongation de la loi des sanctions de dix ans par le Congrès américain, le Guide suprême de la Révolution islamique a réitéré : si cette prorogation devient opérationnelle, ce sera sans nul doute la violation du Plan d’action commun ; qu’ils sachent que la République islamique d’Iran réagira certainement.
L’honorable Ayatollah Khamenei a souligné : l’accord nucléaire ou le Plan d’action commun ne devra pas se transformer en un outil de pression à l’encontre du peuple iranien et de l’Iran.
En référence aux propos des officiels du pays et les responsables du Plan global d’action commun, qui ont vu en l’objectif de ce Plan, la levée des pressions et des sanctions, le Guide suprême de la Révolution islamique a précisé : l’administration américaine n’a pas rempli ses promesses et ses engagements à propos du Plan d’action commun ou elle a agi de manière incomplète – ce dont les responsables du Plan d’action commun parlent explicitement – a en outre fait actuellement du Plan d’action commun un outil pour mettre de nouveau sous pression l’Iran.
« La République islamique d’Iran, à l’appui de la puissance divine et la foi en la force de la présence du peuple, ne craint aucune puissance. », a martelé le Guide suprême de la Révolution islamique.
Au terme de ses propos le Guide suprême de la Révolution islamique a souligné : s’il y a des gens qui, imitant l’esprit faible des fils d’Israël disent que nous ne pouvons pas et qui craignent l’ennemi, nous à notre tour, en suivant le vénéré Moïse – béni soit-il – en réponse nous leur dirons, ce ne sera jamais comme cela car Dieu est avec nous et nous guide.
Avant les propos du Guide suprême de la Révolution islamique, le général Mohammad Ali Jaafari, commandant en chef du Corps des Gardiens de la Révolution islamique, rappelant l’augmentation des capacités pionnières de la Révolution islamique a déclaré : le Bassidj est en train de se renforcer et d’étendre la Révolution islamique sur différents fronts dont  l’élimination de la pauvreté, la défense populaire et le progrès scientifique.
Le général Jaafari en annonçant le Bassidj prêt à combattre l’ennemi sur les différentes scènes, a ajouté : tous unis, en mettant en exergue nos compétences nous serons au service de la stratégie honorable de l’Economie de résistance ; le Bassidj se trouve aux côtés du peuple pour  l’accomplissement de ce jihad sacré jusqu’à la fin.
Le général de brigade, Mohmmad Reza Naqdi, chef de l’Organisation du Bassidj des déshérités a pour sa part évoqué l’enthousiasme des forces du Bassidj pour le jihad et le martyre, et il a précisé dans ce sens : la résistance courageuse du peuple bassidji iranien se transformera en un modèle pour tous les épris de la liberté dans le monde entier.
Il a présenté un compte-rendu des activités et des acquis du Bassidj dans les différents secteurs dont l’Economie de résistance a ajouté : les forces du Bassidj par la force de la foi et la volonté réaliseront des épopées de sorte que les ennemis se verront obliger de reconnaître leur échec et d’exprimer leur regret.
Lors de cette rencontre, les messieurs Reza Mamashlou, Mohammad Hossein Abbassi et Mme Seyyedeh Marzieh Rafaati ont également exprimé  leurs perspectives et point de vue en tant que représentants des forces du Bassidj et ils ont mis l’accent sur ces thèmes :
-    L’impératif de la pérennité et du renforcement des plans de formation des Cercles des Salehin (les pieux)
-    L’importance des lieux de pèlerinage des voyageurs de la lumière et l’impératif du renforcement des soutiens des responsables gouvernementaux ainsi que le développement des infrastructures
-    Le rôle des écoles dans l’éducation et l’institutionnalisation du style de vie irano-islamique
-    Les atteintes que le cyberespace porte aux jeunes et l’impératif d’entreprendre des démarches nécessaires dont le lancement du réseau national d’information.
 

 

 

700 /